Le « Tour Avion » avec Simon, Captain Transavia

Nous sommes aujourd’hui début juin 2020. Le Covid-19 a bousculé le monde entier dans un contexte qu’on pourrait qualifier de surréaliste. Côté transport aérien, cette crise a représenté plusieurs mois d’arrêt complet du trafic passagers, à l’exception des rapatriements. A l’heure où la situation sanitaire s’améliore au niveau européen, les compagnies annoncent progressivement la reprise de leur trafic. Transavia a annoncé le 29 mai reprendre une partie de ses vols à compter du 15 juin.

Transavia de retour dans les airs le 15 juin

La compagnie moyen-courrier du groupe Air France avait suspendu l’intégralité de ses vols et immobilisé ses 38 appareils le 20 mars dernier. Depuis, les équipes Transavia ont travaillé sans relâche pour entretenir les avions et préparer la reprise des vols en toute sécurité. La compagnie et ses équipes sont ainsi prêtes à accueillir et transporter à nouveau les clients.

C’est dans un premier temps à Nantes et Lyon que le trafic redémarrera dès le 15 juin. L’aéroport d’Orly rouvrira le 26 juin. C’est donc à cette date que la compagnie reprendra ses opérations à Paris. La toute nouvelle base de Montpellier ouvrira elle aussi le 26 juin.

Parmi les destinations proposées, on retrouve le Portugal 🇵🇹, marché principal de Transavia, mais aussi l’Espagne 🇪🇸, l’Italie 🇮🇹, la Grèce 🇬🇷, la Croatie 🇭🇷, les Pays-Bas 🇳🇱, l’Irlande 🇮🇪 et l’Islande 🇮🇸, de quoi s’évader en ce début d’été ! A fin juin, la compagnie devrait réaliser 25% de son programme de vols. Au gré de l’évolution de la situation sanitaire dans chaque pays et des réouvertures de frontières, la liste des destinations desservies s’étoffera.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des mesures sanitaires en vigueur chez Transavia sur leur site Internet : https://www.transavia.com/fr-FR/mesures-sanitaires/.

© Sophie Figenwald

Retour en février dernier sur le tarmac d’Orly

Quelques jours avant l’arrêt total du trafic et l’aggravation de la situation en France et en Europe, j’ai eu la chance de passer un moment avec Transavia à Orly. Au programme : un tour avion et la découverte de l’éco-pilotage tel qu’il est pratiqué par la compagnie. Deux sujets que je ne voulais pas aborder plus tôt sur le blog, compte tenu de la situation globale du transport aérien. Mais maintenant que le trafic va progressivement repartir et que l’horizon commence à se dégager, je crois que c’est le bon moment pour revenir sur cette belle demi-journée, en commençant par… le tour avion ! ✈️

Mais qu’est-ce que le « Tour Avion » ?

Le Tour Avion dont nous allons parler aujourd’hui est la procédure d’une dizaine de minutes effectuée avant chaque vol par l’équipage technique (quelle que soit la météo extérieure 🌨🌩🌧🌤🌪😃). Son objectif est de vérifier l’état général extérieur des équipements et des parties visibles de l’avion, en suivant les protocoles établis par le constructeur et par la compagnie. Cela passe notamment par la vérification d’absence d’impacts qui auraient pu endommager la structure de l’appareil (collision aviaire par exemple survenue à l’atterrissage du vol précédent et qui aurait pu laisser des traces, ou encore trace d’impact de foudre). Une vérification préliminaire est effectuée par des mécaniciens mais il appartient à l’équipage de faire une dernière vérification en prenant possession de l’avion.

© Sophie Figenwald

Un guide de choix pour ce tour avion : Simon, Captain Transavia… que nous connaissons déjà !

Il faisait froid, gris et il y avait même un peu de bruine en cette fin février sur le tarmac d’Orly. Mais quel bonheur de retrouver Transavia et l’un de ses 737-800 NG, le F-HTVO. J’ai eu la grande joie également de retrouver M. Simon Leblanc, Commandant de Bord Transavia 👨‍✈️ qui faisait partie de la Dream Team de pilotes qui nous avait ramenés des usines Boeing de Seattle 🇺🇸 jusqu’à Orly 🇫🇷 avec le F-HTVJ tout juste sorti des usines (oui oui, un vol long-courrier en 737 via l’Islande, avec une quinzaine de personnes à bord ! Si vous ne l’avez pas encore parcouru, voici l’article retraçant ce ferry flight exceptionnel https://aviation-geekette.com/2018/05/18/ferry-flight-du-32e-boeing-737-de-transavia-pae-kef-ory/).

Simon est très expérimenté et connaît le 737 comme sa poche, il est le guide parfait pour nous expliquer ce qu’il vérifie avant chaque vol sur son appareil ✈️

Nous débutons ce tour avion à la descente de la passerelle qui mène à bord, à l’avant et à la droite de l’appareil. On commence par un check :

  • Des sondes qui alimentent les instruments de bord (température, angle d’incidence ou encore vitesse – les fameuses sondes Pitot)
  • De la soute avionique : qui renferme tous les équipements électroniques / électriques / informatiques qui servent à contrôler l’avion, il faut vérifier qu’elle est bien fermée et verrouillée
  • Du train avant et du train principal (état des pneumatiques, des feux, il faut vérifier qu’il n’y a pas de fuite hydraulique notamment)
  • De la soute avant : les bagages y sont disposés en vrac, on vérifie donc que les filets qui les retiendront sont bien présents. A noter : la soute avant est chauffée, contrairement à la soute arrière. C’est là notamment que l’on peut transporter vos animaux de compagnie ! 🐶🐱
  • Du moteur droit – le mythique CFM56 reconnaissable à sa forme pas totalement ronde atypique. On vérifie ici que toutes les pales sont en parfait état 🌀

En photo (parce que j’adore évidemment photographier ce beau 737 dans sa livrée Transavia 🤗), ça donne ceci :

© Sophie Figenwald
© Sophie Figenwald
© Sophie Figenwald

On fait maintenant un tour sous l’aile droite pour vérifier là encore l’absence de trace de choc, et on arrrive… au winglet ! Cette partie relevée du bout de l’aile qui équipe désormais tous les 737 Transavia (les plus anciens n’en étaient pas équipés d’origine, il a fallu les équiper lors d’un check de maintenance) permet d’économiser entre 4 et 5% de carburant par rapport à un avion non-équipé de winglet. Cela représente 400 tonnes de carburant économisées par avion à l’année, soit 1200 tonnes d’émission de CO2 non-émis, impressionnant ! Le winglet est notamment visible ci-dessous, on y retrouve le logo de la compagnie.

© Sophie Figenwald

On poursuit notre tour avion avec la soute arrière. Même principe que la soute avant, on vérifie la présence des filets et la fermeture correcte de la porte.

Une fois à l’arrière de l’avion, nous allons vérifier :

  • L’état du patin : vous le voyez sur la 3ème photo ci-dessous, il s’agit de la partie métallique qui « dépasse » sous la queue de l’avion. Ce dispositif est installé notamment sur le 737-800 qui est très long (40m). Lors du décollage, si la rotation – comprendre l’angle d’inclinaison – au décollage est trop forte, l’arrière et la queue de l’avion risquent de frotter la piste, c’est ce qu’on appelle « tail strike ». Le patin est ainsi là pour absorber le toucher. Mobile, il se rétractera et évitera ainsi d’abîmer la structure. Toucher la piste au décollage n’arrive que très rarement voire jamais, mais si cela devait arriver, tout est prévu 👌 Le patin dispose de deux traits (vous le voyez peut-être sur la photo), un rouge et plus petit au-dessus, un vert. Tant que le trait vert est visible, tout est ok. S’il ne l’est plus, c’est que le patin est trop rentré et qu’il faut faire intervenir les mécaniciens.
  • L’état de l’APU (Auxiliary Power Unit) dont la sortie se trouve à l’arrière de l’avion. L’APU, c’est un moteur qui permet de produire de l’énergie ⚡️ à partir de carburant. Il permet par exemple lorsque l’avion est au sol de fournir l’énergie nécessaire à la mise en route des réacteurs ou encore du système de climatisation. Il est utilisé le moins possible pour limiter la consommation de carburant et le bruit qu’il génère.

Le Tour Avion se poursuit côté gauche cette fois, où l’on procède aux mêmes vérifications qu’à droite, au niveau de l’aile et du moteur.

© Sophie Figenwald

Rien à signaler sur le F-HTVO, tout est en ordre ✅, on pourrait décoller 🛫 (si seulement !). Dernier petit plaisir pour clôturer le tour, passer sous le ventre coloré du 737, un point de vue tellement photogénique 😍

© Sophie Figenwald
© Sophie Figenwald
© Sophie Figenwald

Nous voilà arrivés au terme de ce tour avion avec Captain Simon 👨‍✈️, un grand merci à lui pour ses explications et sa sympathie ! J’espère que vous aurez apprécié cet article. On se retrouve bientôt pour parler éco-pilotage, un sujet passionnant au coeur des préoccupations de Transavia ✈️

Je vous laisse avec la très bonne vidéo de ce même tour avion réalisée par Xavier Tytelman :

A bientôt les Avgeeks !

2 commentaires

  1. Très bel article comme toujours. On prend plaisir à retrouver un peu de régularité sur ce blog Mlle Figenwald !

    1. Un grand merci Guillaume pour ce retour et ces encouragements 😊 Je vais faire du mieux possible pour maintenir le rythme et vous apporter des articles et reportages différents et intéressants ! À très vite et n’hésitez pas à partager l’article sur les réseaux 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s