« L’Eco-pilotage », définition avec Transavia

Réduire l’impact de l’industrie aéronautique sur l’environnement, c’est l’ambition de toutes les compagnies et de tous les constructeurs. Les voyageurs sont d’ailleurs de plus en plus attentifs aux efforts qui sont faits. Transavia, qui fait partie des plus vertes des compagnies à plus d’un titre, nous a invités à découvrir quelques-unes de ses initiatives dont celles en faveur de l’Eco-Pilotage. Rendons-nous à Orly pour en savoir plus !

Réduire l’impact environnemental : une priorité jusqu’au bout des ailes pour Transavia

Transavia n’est effectivement pas verte que sur ses fuselages, elle a fait de la réduction de son impact environnemental une priorité depuis sa création en 2007. Nous avons été invités à Orly par la compagnie moyen-courrier du groupe Air France pour parler du passionnant sujet de l’éco-pilotage !

Nous avons démarré par un tour avion avec notre Super Captain Simon Leblanc, Commandant de Bord chez Transavia. Vous pouvez retrouver l’intégralité du tour avion ainsi que des photos dans le précédent article en cliquant ici.

Nous y avions notamment découvert qu’il y a déjà à l’extérieur de l’avion une avancée technique qui permet de réduire de manière impressionnante la consommation carburant et donc l’émission de CO2 : les winglets ! Cette partie relevée du bout de l’aile qui équipe désormais tous les 737 Transavia (les plus anciens n’en étaient pas équipés d’origine, il a fallu les équiper lors d’un check de maintenance) permet d’économiser entre 4 et 5% de carburant par rapport à un avion non-équipé de winglet. Cela représente 400 tonnes de carburant économisées par avion à l’année, soit 1200 Tonnes d’émission de CO2 non-émis, impressionnant ! Le winglet est notamment visible ci-dessous, on y retrouve le logo de la compagnie.

L’Eco-pilotage ou Eco-flying, comment ça fonctionne ?

Au-delà de ce type d’initiatives prises par les constructeurs, chaque compagnie peut également influer sur sa consommation de carburant grâce à l’éco-pilotage. L’éco-pilotage ou eco-flying, c’est l’optimisation de tout ce qui va entraîner de la consommation de carburant. Emporter trop d’eau par exemple, ou encore effectuer une descente par palier au lieu d’une descente continue sont des éléments qui vont entraîner une surconsommation non-nécessaire de carburant. Or économiser du carburant remplit un objectif double : limiter l’émission de CO2 et réduire les coûts pour la compagnie.

Notre Captain Simon qui est également en charge de la politique carburant chez Transavia est revenu pour nous sur les outils mis à disposition des pilotes de la compagnie pour optimiser leur consommation de pétrole 👌

© Sophie Figenwald

Suivre les bonnes pratiques avec le logiciel SkyBreathe d’OpenAirlines

Accompagner les compagnies dans l’optimisation et la réduction de leur consommation carburant, c’est l’une des missions que s’est donnée OpenAirlines. Créée en 2006, cette entreprise française (cocorico 🇫🇷) s’est spécialisée dans l’utilisation des big datas et de l’intelligence artificielle pour définir des modèles qui prodiguent des conseils et répertorient des bonnes pratiques de « fuel saving » aux pilotes. Le logiciel qui permet ce suivi, c’est SkyBreathe. Il est utilisé aujourd’hui par 39 compagnies aériennes dans le monde entier. Selon le site Internet de OpenAirlines, SkyBreathe a permis en 2019 d’éviter le rejet de 590 000 Tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

© OpenAirlines

Transavia utilise SkyBreathe depuis 2013. Captain Simon nous a partagé en pratique le fonctionnement du logiciel. Le plus simple je crois est de vous le retranscrire en étapes :

  • Etape 1 : SkyBreathe enregistre toutes les données de tous les vols de chaque pilote.
  • Etape 2 : Il analyse toutes ces données et en sort des modèles et des préconisations sur différents éléments-clés du vol (quantité de carburant à emporter par exemple).
  • Etape 3 : Avant et pendant son vol, le pilote consulte SkyBreathe et prend ses décisions en fonction du contexte du vol, des recommandations du logiciel et des 7 Best-Practices établies par la compagnie (roulage avec un seul moteur par exemple ou descente continue quand cela est possible).
  • Etape 4 : A la fin d’un vol, le logiciel récupère les paramètres et propose au pilote un bilan. Il peut ainsi se comparer aux autres vols et voir les domaines où il a optimisé au maximum sa consommation de carburant. A la fin de chaque mois, chaque pilote reçoit également un bilan avec les points positifs et les points où il peut encore s’améliorer.

Les Bilans de vol se présentent comme dans l’exemple que nous a donné Simon ci-dessous. Après son vol, il dispose de plusieurs écrans qui lui indiquent les domaines où il a bien performé / été dans la moyenne / sous-performé.

© Sophie Figenwald

Je vous vois tout de suite venir : non, il n’y a pas de bons points distribués aux pilotes, de sanction ou encore de portrait du « Pilote Le Plus Vert du Mois » affiché dans les locaux de Transavia. Il n’y a aucun système de notation et toutes les données sont traitées anonymement. Les pilotes sont dans une dynamique de challenge pour consommer moins et la compagnie dans une logique de pédagogie. Cela me semble finalement être la meilleure manière d’arriver à de bons résultats.

La maison mère de Transavia, Air France, a également annoncé début juillet choisir la solution Open Airlines pour contrôler davantage sa consommation de carburant. Objectif annoncé : réduire de 50% ses émissions de CO2 par passager / km d’ici 2030 par rapport à 2005.

OptiFlight de Safety Line

En 2019, c’est avec une autre entreprise française que Transavia s’est associée pour améliorer encore sa politique carburant : Safety Line. Safety Line propose l’outil OptiFlight qui là encore se sert des Big Datas pour aider les compagnies à améliorer leur consommation de carburant. Chaque phase du vol a son outil dédié :

Des recommandations sont ainsi données aux pilotes pro-activement, selon la météo, les précédents vols et leurs propres conditions de vol… Un système complexe qui fait ses preuves !

Côté résultats d’ailleurs, les chiffres parlent d’eux-mêmes chez Transavia. Par exemple pour OptiClimb qui fait des recommandations de vitesse lors de la montée : 85kg de fuel par vol ont été économisés. Rapporté à l’année 2018 lors de laquelle plus de 18 000 vols Transavia ont utilisé OptiClimb, ce sont 4,9 Tonnes de CO2 qui n’ont pas été émis 👏👏

D’autres initiatives vertes

Au-delà de sa gestion du carburant, Transavia est engagée dans la réduction de son empreinte environnementale sur d’autres aspects du vol. Par exemple la documentation de bord, aussi appelée « manex » (manuels d’exploitation) est désormais intégralement électronique, mise à disposition sur des iPads. Chaque avion dispose de ses propres iPads et chaque pilote dispose de son propre iPad. A chaque vol, cela représente 20kg de papier en moins à bord. Ca peut sembler peu, mais à l’année, l’ « Electronic Fly Bag » représente 840 Tonnes de papier non-transporté ! 📚♻️

Côté lavage des avions, rangez vos éponges et vos seaux d’eau ! Transavia a opté pour un nettoyage à sec avec la technique du « chiffonnage ». Des litres d’eau sont ainsi préservés 💦

Enfin à bord, inutile de chercher des gobelets en plastique ! Depuis fin 2019, ils ont été totalement supprimés. Ce sont désormais des gobelets certifiés FSC et Plastic Free, faits avec un matériau biodégradable, qui sont proposés. On notera aussi que ce sont des couverts en écorce de bambou ou encore des agitateurs en bois qui sont disponibles. Ce sont ainsi 41 Tonnes de plastique économisées par an, soit le poids d’un 737-800 ! ✈️

Grâce à l’ensemble de ces actions, Transavia France a réduit de 14 % ses émissions de CO2 par passager et par kilomètre depuis 2011. Un chiffre impressionnant et la compagnie poursuit encore ses efforts ! C’est ainsi que se ferme cette parenthèse sur l’éco-pilotage. J’espère que vous aurez découvert quelques outils et méthodes utilisés par les compagnies pour réduire leur impact environnemental.

Merci à toute l’équipe de Transavia France pour cette découverte, et à très bientôt pour un prochain article les Avgeeks ! 👋👋

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est av_geek2018-02.png

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s